Mésange boréale

Poecile montanus (Conrad, 1827)



  • 1 952
    observations

  • 27
    communes

  • 80
    observateurs

  • Première observation
    1982

  • Dernière observation
    2024
A.bonneron - Archimbaud Ph - Archimbaud Philippe - Bel Antoine - Belaud Maxime - Belleau Eric - Bensa Marion - Bonnet X - Bonnet Xavier - Brahim Julia - Breton F - Breton Francois - Breton François - Brosius H - Brosius Hervé - Canut M - Castellana Aurélie - Chapelut Florent - Chavagneux Frédéric - Claudon Sylvie - Combeaud Stéphane - Cristini Sylvain - Cruz Camille - Culotta Jean-marc - Demontoux Daniel - Didier Aurélie - Dova Emmanuelle - Durand Colas - E.baudin - F.berthollet - Fenneteau Andréa - Fontanilles Philippe - Fribourg Xavier - Gallien Melissa - Geniez Philippe - Gineste Benoît - Girard Pierre - Girardon Christophe - Gnagni Rudy - Guillen Gregory - Honore Sebastien - Icardo Emmanuel - Idczak Léo - J.charron - Jl.michel - Krammer Mathieu - L.lubet - Labigand Benoit - Lacoste Romain - Laurent Olivier - Lebard Thomas - Letizia Et Philippe Fortini - Lhommedet Isabelle - Liborio A - Liborio Albin - Lombard Georges - Lubet L - Léo Idczak - Malthieux Laurent - Mandine Jean-paul - Martin Dhermont L  - Martin-dhermont Laurent - Moisson Marie-cécile - Montigny Olivier - Opolka Boris - Ormea Patrick - Pardi Jean-luc - Parent Clément - Philippe Et Letizia Fortini - Poirier Frederik - Priou Samuel - Rebattu Guy - Rey Julie - Roux Sophie - Salicis Sylvie - Sana Emmanuelle - Scheyer Laurent - Terreau A - Turpaud Anthony - Zimmermann Laurent

Informations sur l'espèce

La mésange boréale ou alpestre est un petit passereau sédentaire qui se distingue par une grosse tête ornée d'une calotte et d'une bavette noires. Son dos est brun grisâtre et son ventre blanc sale. Habitante des forêts de montagne jusqu'à leur limite supérieure, elle est le sosie de la mésange nonnette qui vit plutôt en dessous de 1 400 m. Il n'y a alors plus qu'à connaître les cris et les chants pour les différencier là où on trouve les deux. - PNE
La mésange boréale a la particularité de creuser elle-même dans les arbres les cavités dans lesquelles elle nichera. Comme elle n'a pas l'outillage et les capacités d'un pic, elle choisit pour creuser sa loge un tronc au bois pourri où il lui sera facile de creuser. - PNE
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Parus montanus Conrad von Baldenstein, 1827 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles