Traquet tarier

Saxicola rubetra (Linnaeus, 1758)



  • 558
    observations

  • 24
    communes

  • 54
    observateurs

  • Première observation
    2001

  • Dernière observation
    2024
A.bonneron - A.ferchal - Archimbaud Philippe - Belaud Maxime - Belleau Eric - Bensa Marion - Bonnet X - Bonnet Xavier - Breton F - Breton Francois - Breton François - Brosius H - Brosius Hervé - Canut M - Canut Marie - Castellana Aurélie - Cevasco Jm - Chapelut Florent - Chavagneux Frédéric - Combeaud Stéphane - Demontoux Daniel - Dova Emmanuelle - F.poirier - Fontanilles Philippe - Gineste Benoît - Girardon Christophe - Gnagni Rudy - Guillen Gregory - Huchon Florence - Icardo Emmanuel - Jm.cevasco - Krammer Mathieu - L.lubet - Labigand Benoit - Labrande Louis-jean - Laurent Olivier - Lebard Thomas - Lhommedet Isabelle - Liborio Albin - Malthieux Laurent - Mandine Jean-paul - Marcon Salomé - Martin Dhermont L  - Martin-dhermont Laurent - Moisson Marie-cécile - Ormea Patrick - Panneton M - Poirier Frederik - Rauzier Adèle - Roux Sophie - Sana Emmanuelle - Signoret Maxence - Terreau A - Zimmermann Laurent

Informations sur l'espèce

C'est un petit passereau de 12 à 14 cm de long, qui pèse une vingtaine de grammes. Il possède un sourcil blanc, bien visible chez le mâle, un peu moins chez la femelle et les jeunes (sourcil plutôt couleur blanc-beige). Il ne faut pas le confondre avec le tarier pâtre (Saxicola torquata), qui lui n'a pas de sourcil. Au printemps, les mâles défendent leur territoire en chantant, perchés sur des points hauts, dans les prairies (sorbiers, grandes gentianes jaunes, piquets, etc.). Il niche au sol dans les prairies de fauche. Il est présent chez nous d'avril à octobre (reproduction) et part ensuite hiverner en Afrique - PNE
L'espèce est intimement liée à des écosystèmes prairiaux en bon état écologique (flore diversifiée, insectes abondants, fertilisation organique, fauche tardive, absence de pesticides, ...) En Europe de l'ouest, les effectifs de tariers des prés, à l'instar des autres espèces d'oiseaux des écosystèmes prairiaux, sont en forte régression du fait de l'intensification des pratiques agricoles (simplification des milieux, fertilisation chimique, pesticides, …). En montagne, les contraintes du climat et du relief ne permettent pas cette agriculture intensive, ce qui permet aux tariers des prés de trouver des conditions de vie favorables. Agriculture de montagne et tarier des prés font donc bon ménage... - PNE
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Motacilla rubetra Linnaeus, 1758 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles