• 139
    observations

  • 16
    communes

  • 39
    observateurs

  • Première observation
    2017

  • Dernière observation
    2024
Adamo Florent - Belleau Eric - Bensa Marion - Berzins Rachel - Brahim Julia - Breton François - Brosius Hervé - Chavagneux Frédéric - Claudon Sylvie - Didier Aurélie - Dova Emmanuelle - Durand Colas - Fribourg Xavier - Gallien Melissa - Gineste Benoît - Girard Pierre - Gnagni Rudy - Guibert Angeline - Guillen Gregory - Honore Sebastien - Huchon Florence - Idczak Léo - Jung Bachelery Marion - Klein Ludovic - Krammer Mathieu - Laurent Olivier - Lhommedet Isabelle - Léo Idczak - Maison Rémi - Martin-dhermont Laurent - Moisson Marie-cécile - Ormea Patrick - Parent Clément - Perfus Monique - Poncet Manon - Roux Sophie - Salicis Sylvie - Sana Emmanuelle - Turpaud Anthony

Informations sur l'espèce

Le gypaète barbu fait partie des rapaces nécrophages. C'est le plus grand des vautours d'Europe avec une envergure pouvant atteindre 2,80 m. Ses ailes larges et pointues et surtout sa queue cunéiforme rendent facile son identification. Les deux sexes sont semblables, mais la femelle est plus grande que le mâle (comme chez la majorité des rapaces). Il tire son nom de « barbu » des petites plumes qui pendent de part et d'autre sous son bec et qui forment une sorte de « barbichette » noire. - PNE
Le gypaète barbu a pour particularité de consommer en grande majorité des os. Pour les plus gros, il les emportent et les lâchent dans des pierriers pour qu'ils se cassent… D'où son nom de « casseur d'os » (Quebrantahuesos en espagnol). Pour couvrir ses besoins alimentaires, il a besoin de milieux riches en ongulés sauvages et domestiques. L'espèce niche dans les milieux rupestres de haute altitude. Elle est très sensible au dérangement à proximité du nid. Il faut pour cela respecter une « bulle » de quiétude d'au minimum 500 m autour de l'aire en période de reproduction (octobre à juillet) Le gypaète barbu avait quasiment disparu d'Europe. Un programme de réintroduction initié dans les années 1980-90 a permis d'enrayer son déclin. Les effectifs sont en lente augmentation. - PNE
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Vultur barbatus Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles