• 211
    observations

  • 14
    communes

  • 78
    observateurs

  • Première observation
    1900

  • Dernière observation
    2022
A.bonneron - A.rey - Adamo Florent - Anglio Gregory - Antignac Cyprien - Archimbaud Philippe - Arsan Patrick - Belaud Maxime - Bensa Marion - Bonnet Xavier - Breton François - Brosius Hervé - Caillet Bernard - Canut Marie - Caratti Gérard - Cevasco Jean-marie - Chapelut Florent - Combeaud Stéphane - Crassous Claire - D.fougeray - Deffarges Joss - Duriez Olivier - F.germain - F.goulet - F.poirier - Fougeray Daniel - G.anglio - G.caratti - G.labeyrie - G.rossi - Gachet Jean-claude - Gaillard Laurent - Germain Frédéric - Gineste Benoît - Gourvil Johan - Grillet Pierre - Guillen Gregory - Guillory Quentin - Gusmeroli Jean-michel - Icardo Emmanuel - Ichter Jean - Jf.noblet - Jl.polidori - Jm.cevasco - Jp.malafosse - Krammer Mathieu - L.lubet - Labeyrie Guillaumes - Labigand Benoit - Lacoste Romain - Laurent Olivier - Lebard Thomas - Lhommedet Isabelle - Liborio Albin - M.colombey - Malafosse Jean-pierre - Malthieux Laurent - Martin-dhermont Laurent - Meckler Dominique - Ml.poulle - Noblet Jean-françois - Opolka Boris - Ormea Patrick - P.arsan - P.commenville - P.pierini - Pardi Jean-luc - Pierini Philippe - Polidori Jean-louis - Poulle Marie-lazzarine - Rey Auguste - Riviere Raphaël - Rossi Gilbert - Roux Sophie - S.garnier - Sana Emmanuelle - Turpaud Anthony - Zimmermann Laurent

Informations sur l'espèce

Le spélerpès est un petit amphibien proche des salamandres. Mesurant 11 à 12 cm de long, il a une tête au museau court et aux yeux proéminents. Sa peau est marbrée et de couleur brune (variant du jaunâtre au verdâtre). Sa répartition mondiale est limitée au sud des Alpes occidentales. Dans le Mercantour, il est présent dans la partie Sud et Est du Parc. Il a des exigences écologiques très strictes et vit dans des milieux cavernicoles humides (grotte, éboulis, murets en pierre…), ne sortant à l’air libre que lorsque l’hygrométrie est suffisante.
Le spélerpès possède plusieurs particularités anatomiques et comportementales. Il est dépourvu de poumon, la respiration s’effectuant à travers la peau. Il possède également une langue protractile qui, dépliée, peut atteindre 80 % de la longueur totale du corps. Elle lui sert à capturer ses proies. Enfin, cas unique chez les urodèles, la femelle transporte ses nouveaux-nés sur son dos durant leurs premières semaines de vie..
25 | 35 | 38 | 7 | 8 | 18 | 40
Endémique Ouest alpine
Hydromantes italicus strinatii Aellen, 1958 | Hydromantes strinatii Aellen, 1958 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles