• 560
    observations

  • 27
    communes

  • 82
    observateurs

  • Première observation
    1982

  • Dernière observation
    2020
A.bonneron - Archimbaud Philippe - Arsan Patrick - Assmann Clémentine - Bassargettes Denis - Bel Antoine - Belaud Maxime - Bensa Marion - Bergeon Jean-pierre - Biny - Bonnet Xavier - Breton François - Brosius Hervé - Canut Marie - Caratti Gérard - Carlotti Olivier - Carriat Jacques - Castellana Aurélie - Cevasco Jean-marie - Chapelut Florent - Claudon Sylvie - Collectif - Collenot Aurélien - Combeaud Stéphane - Cossa Jean-louis - Cristini Sylvain - Culotta Jean-marc - Deluermoz Gil - Demontoux Daniel - Desnos Jean-luc - Dunand Jean-luc - Duriez Olivier - Estachy Robert - F.poirier - F.rifflet - Foltz - Fougeray Daniel - Gachet Jean-claude - Gazave Elodie - Girardon Christophe - Grillet Pierre - Honore Sebastien - Icardo Emmanuel - Issautier Anne-marie - Jc.gachet - Krammer Mathieu - L.lubet - Labigand Benoit - Laurent Olivier - Lebard Thomas - Leccia Marie-france - Lhommedet Isabelle - Liborio Albin - Loireau Jean-noël - Lombard Georges - M.pannetton - Maillet Thierry - Malthieux Laurent - Mandine Jean-paul - Martin-dhermont Laurent - Menard Céline - Mercier Remi - Michel Jean-louis - Moisson Marie-cécile - Montigny Olivier - Opolka Boris - Ormea Patrick - Pardi Jean-luc - Perfus Monique - Polidori Eric - Pons Philippe - Priou Samuel - R.charmetant - Rebattu Guy - Rey Auguste - Riviere Raphaël - Roux Sophie - Ruffray Vincent - Stagiaire - Turpaud Anthony - Wommelsdorf Bénédicte - Zimmermann Laurent

Informations sur l'espèce

A la fois rapide et robuste, ce reptile peut atteindre 40 cm de long. Le lézard vert porte bien son nom puisque la coloration du dos, des flans et de la longue queue est d’un vert clair à foncé, caractéristique chez les deux sexes. La mâchoire inférieure et la gorge sont généralement teintées de bleu chez les adultes. Ce bleu devient bleu vif chez les mâles au printemps (période de reproduction).
Actif le jour, le lézard vert affectionne les terrains ensoleillés. Il s’y nourrit d’insectes, d’araignées… et occasionnellement de petits mammifères et de fruits juteux. S’il ne fuit pas dans un fracas de feuilles sèches il se laisse parfois observer, immobile. Mais gare à qui veut l’approcher de trop près car il mord facile ! (sans danger cependant).
17
Européenne méridionale
Lacerta europaea Pallas, 1814 p.p. | Lacerta smaragdina Meisner, 1820 | Lacerta viridis auct. non (Laurenti, 1768) | Lacerta viridissima Schreibers, 1853 | Seps viridis Laurenti, 1768

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles