Bondrée apivore

Pernis apivorus (Linnaeus, 1758)



  • 233
    observations

  • 25
    communes

  • 54
    observateurs

  • Première observation
    2001

  • Dernière observation
    2020
A.bonneron - Am.issautier - Archimbaud Philippe - Bensa Marion - Bonnet Xavier - Bouvet Pierre - Breton F - Breton Francois - Breton François - Brosius Hervé - Canut Marie - Castellana Aurélie - Combeaud Stéphane - Crassous Claire - Demontoux Daniel - Dentz Clementine - Depernet Corentin - E.baudin - F.poirier - G.caratti - Girardon Christophe - Icardo E - Icardo Emmanuel - Klein Ludovic - Krammer Mathieu - L.lubet - Labigand Benoit - Labrande Louis-jean - Laurent Olivier - Lebard Thomas - Lhommedet Isabelle - Liborio A - Liborio Albin - Lombard Georges - M.pannetton - Malthieux Laurent - Mandine Jean-paul - Mansons Jérôme - Martin Dhermont L  - Martin-dhermont Laurent - Mercier Remi - Moisson Marie-cécile - Montigny Olivier - Opolka Boris - Ormea Patrick - P.faucon-mouton - Panneton M - Pardi Jean-luc - Riviere Raphaël - Roux Sophie - S.garnier - Scheyer Laurent - Turpaud Anthony - Zimmermann Laurent

Informations sur l'espèce

La Bondrée apivore est très semblable à la Buse variable. Son envergure est de 120 cm à 140 cm avec un poids 600 g à 1000 g. Le mâle est plus petit que la femelle. La tête de l’adulte fait penser à celle d’un pigeon. Le dessous du corps et des ailes est blanc ponctué densément de noir, trois bandes viennent barrer la queue. Son régime alimentaire est spécialisé, constitué de larves de guêpes, de bourdons, parfois d’amphibiens, de reptiles. La face est protégée des piqûres par de petites plumes écailleuses et des fentes étroites des narines.
Ce migrateur passe une grande partie de l’année dans les forêts de l’Afrique tropicale. Lors de son retour en Europe au mois de mai, il est possible d’observer des vols de plusieurs dizaines d’oiseaux. Début septembre, ces mouvements se répètent pour un voyage de plus de 5000 km. C'est un oiseau discret qui passe facilement inaperçu lors de son séjour estival. A la période des parades, les deux adultes se livrent à des jeux aériens à proximité de l'aire. Le couple, fidèle, semble formé dès le retour de migration et la reproduction commence aussitôt. Le couple aménage une aire des années précédentes ou occupe celle d’autres rapaces, dans de grands arbres, en apportant des branches et une grande quantité de rameaux verts, puis la femelle pond 2 à 3 œufs en juin. L'incubation dure en moyenne 35 jours, partagée par les deux parents.
9 | 32 | 12 | 10
Eurasiatique
Falco apivorus Linnaeus, 1758 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles